Mars-Avril 2019 – Exposition « RÉSILIENCE »

Du vendredi 29 mars au vendredi 10 mai 2019

Exposition

« RÉSILIENCE»

Peintures, Photographies et Textes par

Rebirth Haïtien, Demoizelle Doo & Violette Fleurette

 

 

 

Puisqu’il parait qu’il n’y a pas de hasard, Rebirth, Demoizelle Doo et Violette Fleurette devaient donc se rencontrer…

Pour se raconter ce qui peuple leurs univers

Pour se retrouver sur un chemin de travers

A l’ombre des empêchements de la vie, des encombrements qui font moins vite arriver à destination.

Pour ôter les petits cailloux coincés dans les souliers, et qui font parfois marcher à reculons.

Pour illustrer des vies mises en mots, en images, en couleurs …et dire que la lueur n’est que le début d’une nouvelle aventure.

 

Quelques dessins et photos de Rebirth

 

 

Quelques écrits et parutions de Violette et Demoizelle Doo

T’as pas 12 ans

T’as pas 12 ans
Et pourtant
tes petits seins lovés dans des push-up miniaturisés,
tes petites fesses moulées dans des culottes trop échancrées
tes petits pieds à peine formés très haut perchés
te donnent l’allure d’une femme enfant
Et pourtant
toi, t’as juste envie de ressembler à ta maman
faire claquer les talons de ses souliers trop grands
faire tournoyer sa jupe de bal pour ressembler aux princesses de Disney
faire comme si on disait que et pas comme ça pour de vrai.
T’as pas 12 ans
Et pourtant
t’es déjà un marché à exploiter,
une terre vierge à cultiver
un fruit juteux à ramasser
un bon filon pour faire son blé.
Et pourtant
ton innocence est une primeur
t’es pas encore prête à être croquée
faut pas te lâcher sans filet
te laisser te pourrir dans le panier
T’as pas 12 ans
T’es le printemps , les prémisses du beau temps
faut pas semer à tous vents
faut encore te laisser pousser
c’est pas maintenant qu’il faut te récolter

Violette Fleurette

 

≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

Don’t touch

Je regarde mes pieds dans la glace.
Tu les trouves jolis mes pieds?
Et mes chevilles, tu les aimes aussi ?
Et mes fesses , elles te plaisent hein mes fesses!
Et mon joli petit cul, tu aimes le mater hein,
quand je suis dans la rue…
Et mes épaules, tu aimes aussi ?
Mes seins …c’est certain !
Moi aussi j’aime tout ça.
Mes cheveux, mes yeux, mon nez, ma bouche, mes seins, mes bras, mon ventre, mon sexe, mon cul, mes fesses, mes jambes, mes pieds…
La différence entre toi et moi c’est que mon corps c’est à moi !
Je te le montre si je veux, et si je ne veux pas tu ne le vois pas.
Et ça n’est parce que je le montre qu’il t’appartient.
Et ça n’est pas parce que je le cache, qu’il n’est qu’à toi.
Je fais ce que je veux avec mon corps.
C’EST MON CHOIX !
Don’t touch !!!

Violette Fleurette

≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

La fête au village

Elle avait choisi sa robe fleurie, avait coiffé joliment ses cheveux, enfilé ses escarpins à talons compensés.
Elle s’était impatientée à ne pas voir les heures vite défiler, ils étaient enfin là, goûtant le tiédeur du soir à la terrasse d’un café.
Ils avaient d’abord brouillé, puis beaucoup ri…beaucoup parlé aussi et bu raisonnablement…
Elle n’avait pas voulu tout de suite lui rendre son baiser, il s’était empressé de l’inviter le soir suivant.
‘Il est très beau garçon’ avaient dit ses amies
‘C’est un gars sympa’ avaient dit ses copains.
C’était un beau soir d’été, la fête du village, il y avait un grand buffet, de l’amitié à partager
Ils avaient dansé et elle avait pensé qu’elle commençait à l’aimer…
A l’aube de l’hiver, bien avant que le jour soit tombé, elle fermait fenêtres et volets et la lumière aussi.
Les robes prenaient la poussière dans la penderie, les beaux souliers avaient été rangés dans leurs boîtes
Elle avait acheté des joggings au marché, loué des films sur sa télé, gobé du pop corn
Elle qui n’aimait pas du tout ça avant…
Les fêtes de fin d’année l’avaient conduite chez des amis, dans sa famille.
Le costume de père noël avait été bien pratique pour cacher ses bourrelets naissants.
Ils n’y avaient tous vu que du feu, trouvant seulement qu’elle avait une mine défaite et fatiguée.
Au printemps, ils avaient remarqué que son burn out s’éternisait…
C’était un soir d’été, au village la fête s’installait
Un an après la douleur n’avait pas changé, le dégoût lui remontait encore aux lèvres
Les flashs crépitaient toujours dans ses nuits cauchemardesques.
Seuls les kilos qui l’a déformaient, la rassurait des regards qui ne la convoitaient plus
Elle ne voulait plus être jolie, elle ne voulait plus être bien habillée
Elle ne voulait plus être drôle, elle ne voulait plus avoir de la conversation
Elle ne voulait plus être … tout ce qu’elle avait été .
Elle l’avait trop chèrement payé…
Ils ne savaient rien, ne voyaient rien, comblaient le silence qui suivait, les questions qu’ils lui posaient
Elle voulait crier, pleurer, hurler parfois aussi, mais tout restait à l’intérieur…
Alors, un soir elle a tout écrit, a déposé le flacon vide sur sa table de nuit
et s’est endormie…pour l’éternité…

Violette Fleurette

≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

À vendre

 

A vendre, à louer, à prêter
qu’importe c’est un corps à consommer
un gagne pain de misère
c’est jamais trop cher payé.
Potiches dans les beaux quartiers
aguicheuses dans les mauvais
c’est toujours tapiner .

Au self service de l’amour tarifé
Parfois morceau de choix
la 1 ère fois d’un gamin qui n’ose pas
la belle d’un gars dont les autres ne veulent pas
la beauté du laid qui n’y a pas droit .

Souvent montrée du doigt ,
l’appât des mauvais gars
l’exemple facile des bien pensants
la bonne conscience des conciliants
l’objet parfait à instrumentaliser

Y a pas de honte, faut pas tu sais !
Y a de l’espoir , t’en donne crois-moi !
T’avais pas rêvé de ça …..
tu n’es pas que bonne à mater, à baiser
t’es une chouette nana à fréquenter .

 

Violette Fleurette

≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈≈

La femme caméléon

On la drape de toutes les couleurs pour mieux passer inaperçue
On la recouvre de pudeur pour mieux garder un semblant de vertu
On la fond dans le décor ici, là-bas pour mieux la dominer
Elle erre à travers le temps, anachroniquement
Qu’importe les continents, les sociétés, les usages,
les façons d’être et de penser.
La femme caméléon n’est pas de celles qui peut exister comme elle voudrait.
Elle est la pute, la bimbo, la potiche,
une image tronquée des meurs libérées.
On l’affiche dénudée sur papier glacé.
On la convoite tel un objet
On l’érotise pour mieux la posséder.
Elle est la fille, , l’épouse, la mère, une image édulcorée
d’un courant de pensées.
Elle est la pote, la compagne, la maîtresse, un étendard pour
croire en l’égalité.
Mais qui est-elle une fois le voile tombé ?
Une mosaïque enluminée, une toile aux riches reflets,
l’écran précieux d’une certaine féminité.
Les cheveux au vent, la robe légère en bandoulière
le cliché parfait d’une liberté assumée.
Qui es-tu la femme caméléon ?
Qu’ont -ils fait de ta raison ,de ton pouvoir de décider, de l’image que tu as envie de donner ?
Toi qu’on entend murmurer le long des murs, qui pose à peine les yeux sur l’asphalte surchauffé, qui se tait derrière les volets …
Toi qui déambule la tête haute, qui regarde dans les yeux, qui se découvre pour mieux se montrer , qui respire sans permission une totale liberté, qui balbutie le mot égalité.
Ta silhouette multifonction, kaléidoscope, sculptée au scalpel d’une imposante masculinité.
Tu es une et toutes à la fois, parce que ta cause est menacée.

Violette Fleurette

© Ces textes et photos sont propriété exclusive de Violette Fleurette et Demoizelle Doo – reproduction interdite sans leur accord explicite.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s